Le retour de l’Unique… Ou presque !

Salut à tous !

Après deux ans d’inactivité, il ne serait pas très justifié de reprendre ce blog. Par contre, je suis de retour dans le monde du blogging, dans un tout autre domaine que la musique ! En effet, vous pouvez retrouver ma plume sous le pseudonyme de Gizmo chez KissMyGeek. Comme son nom l’indique, ce site traite de la pop culture, souvent nommée « culture geek » et j’y parlerai donc de tout ça, même si je me focaliserai plutôt sur le cinéma et les séries. Deux articles y sont déjà présents et le troisième (concernant la série Z Nation) devrait paraitre ce soir ou demain !

Ma présentation

Ma critique du film Lucy

Et si vous tombez sur cet article dans le futur, vous pourrez retrouver l’ensemble de mes articles à cette adresse: Les articles de Gizmo sur KissMyGeek

Mais de manière générale, lisez l’intégralité des articles de KissMyGeek ! Nous sommes une équipe de bénévoles passionnés et je suis très fier de faire partie de cette équipe talentueuse.

Pause pour une durée indéterminée

Je vous l’avais dit, l’Unique Monsieur Tout-le-Monde prend en ce moment des vacances au Japon (d’où il vous écrit en cet instant) et ne postera rien avant son retour, évidemment. Ce qui n’était pas prévu, par contre, c’est que je ne poste pas l’album de la dernière semaine de Juillet. Malheureusement, des impondérables m’ont empêché de trouver le temps de l’écrire. Toutes mes confuses.

Autre nouveauté, raison de ce post d’ailleurs: je suis incapable de vous dire quand je reprendrai les publications. Pas avant le 15 Août, ça c’est sûr, mais je ne peux pas être plus précis. Peut-être une semaine plus tard, deux, un mois, trois… Je ne sais pas. Bref! Si vous souhaitez être informés dès la publication du prochain article, vous pouvez vous abonner à ce blog si vous avez un compte WordPress ou inscrire votre mail (ici à droite) pour recevoir des alertes à chaque nouvel article. N’hésitez pas!

En attendant de vous retrouver, je vous souhaite à tous de magnifiques expériences musicales.

Les règles (a priori) méconnues du #FF

Edit: Honte sur moi, je n’ai pas précisé que ce sujet m’avait été proposé par @nikolittlestar, soutenu par @SabEnBzh. Merci à eux! Par contre je dis twitto, désolé Niko 😉

Depuis la nuit des temps (à l’échelle de ce cher réseau orné d’un volatile bleu s’entend), il est une coutume à laquelle chaque habitant de la planète Twitter, que l’on appellera ici twitto pour couper court au débat «mais comment appeler un gens qui tweete?», se plie de façon hebdomadaire. Bon enfin il en est une en particulier sinon il y a au moins une coutume par jour mais là on n’a pas fini. Ce rite incontournable s’il en est est le #FollowFriday, plus communément appelé le #FF. A la base, le but est plutôt noble puisqu’il s’agit de recommander un twitto à tous ceux qui suivent l’auteur du #FF, c’est-à-dire à ses followers. Malheureusement, tout cela a dégénéré et nombre d’ignominies sont aujourd’hui commises en son nom. Revenons sur ces problèmes.

Lire la suite

Perturbation des publications

Bonjour à tous!

Comme vous le savez, l’été est une période chargée pour tout le monde. C’est pour cela que les publications des albums de la semaine vont être encore plus erratiques qu’à l’accoutumée. Pas d’album de la semaine la semaine dernière, pas plus qu’aujourd’hui. Peut-être un la semaine prochaine (on verra, je ne promets rien) mais je peux d’ores et déjà vous affirmer qu’il n’y en aura pas le 8 Juillet. On se retrouve le 15?

En tout cas, rien ne vous empêche de débusquer par vous-mêmes des albums méconnus et, qui sait, de les partager avec moi.

A bientôt!

Twitto, si tu ne les suis pas, tu as raté ta vie!

Au cas où tu ne le saurais pas, Twitter est régi par des êtres hors normes, des gens mieux que toi et moi (enfin surtout que toi quand même), des gens qui font que Twitter c’est coule/kewl/cool. Et si tu ne les suis pas, autant fermer ton compte parce que, avouons-le, ça prouve que tu n’as rien compris à la vie. Mais je vais supposer que tu n’es pas un abruti complet, et que je n’ai donc pas besoin de citer les énormes comptes à 50K+ followers parce que tu les connais déjà et as donc fait le choix de les suivre ou non. Alors voici une liste non exhaustive des twittos un peu moins connus mais ô combien plus intéressants qu’il te faut absolument avoir dans ta TL (cette liste est susceptible d’évoluer même si je ne suis pas certain d’avoir le courage et la détermination de la mettre régulièrement à jour).

Lire la suite

Un événement à ne pas manquer sur Lille!

Salut à tous!

Pour ceux d’entre vous que je n’ai pas encore saoulés avec cet évènement via Twitter, Google+ ou Facebook, sachez qu’il est un évènement que vous ne pouvez rater sous aucun prétexte! Ca se passe à la gare Saint-Sauveur à Lille (si quelqu’un me demande pourquoi ça se fait sur un quai, je l’égorge) ce Vendredi 27 Janvier et, pour mes amis les pinces, c’est gratuit.

Mais qu’est-ce donc?!? Si on te le demande, tu diras que tu vas Droit dans le mur (lien Facebook, si vous n’avez pas de compte, pas de panique, toutes les informations utiles sont récapitulées ici)! Si tu es un lecteur assidu de ce blog, tu connais déjà les deux groupes en concert ce soir là: Berline 0.33 et Drive With A Dead Girl, deux grands noms de la scène noise/post-rock lilloise! La soirée sera également l’occasion de découvrir l’oeuvre de la prometteuse photographe lilloise Chloé Wasp au travers de laquelle (je parle de l’oeuvre pas de Chloé) suintent une sensualité glaciale et une ambiance tourmentée! Le duo Nótt présentera ses murs éphémères tandis qu’Albert Foolmoon t’envoûtera par son live painting. Enfin, la soirée se clôturera sur une note new-wave grâce au DJ Set de Der Gregolini.

Tout ça, ça se passe donc ce Vendredi 27 Janvier 2012 à la Gare Saint-Sauveur (Boulevard Jean-Baptiste Lebas à Lille) à partir de 20h!

Venez nombreux! En tout cas moi, j’y serai.

De la cacophonie entourant l’interprétation des rêves

Cette nuit, j’ai rêvé… Ok, rien de particulier jusque là puisqu’on rêve toutes les nuits soi-disant. Ce qui est certain en revanche (oui, en revanche puisque le soi-disant montre bien que ce n’est pas certain), c’est que je ne me souviens jamais des miens, enfin rarement. Sur toute ma vie, j’ai dû me souvenir de trois rêves, dont celui-ci. Les autres étaient pour le moins tordus et extrêmement codés, si bien que je mettais pas mal de temps pour les comprendre, surtout le deuxième que j’avais fait lorsque j’étais encore au lycée, en terminale. C’était la première fois que je me suis posé des questions sur l’interprétation et l’origine des rêves. Non je ne vous le raconterai pas, ni celui de cette nuit d’ailleurs, ce n’est pas l’objet de ce post. Et puis je ne suis pas de ceux qui se racontent sur le web. Je ne fais que laisser quelques pensées concernant ce qui m’entoure. Si vous voulez vivre par procuration, faites comme tous ces blaireaux qui matent Secret Story à longueur de temps. Vous en êtes ? Non, je ne m’excuserai pas. Vous vous sentez insulté ? Vous voulez quitter ce blog pour ne jamais y revenir ? Faites donc, que croyez-vous que ça me fasse ?  Bref, comme vous l’aurez compris, ce second rêve, je l’ai déchiffré par moi-même et j’ai au final passé plus de temps à cela qu’à me documenter sur les questions plus larges qui commençaient à poindre. Mais le rêve de cette nuit était étrangement limpide. Pas de code, pas d’énigme, pas de situation improbable ou de jeu sadique tordu (si vous connaissiez le fameux rêve de terminale, vous comprendriez…). Non, juste une scène de vie banale. Une scène de vie que, par contre, je ne vis pas. D’où mon intérêt pour ledit rêve. Enfin… Ca et le « choix » des protagonistes qui me laisse toujours perplexe. Lire la suite

Je suis de retour…

Mais je ne sais pas si c’est pour vous jouer un mauvais tour.

J’ai déserté ce blog il y a quelques temps, très rapidement après sa création, pour une raison simple : je vous avais promis de ne rien écrire de politique. Malheureusement, j’étais dans une période où j’étais très prolixe mais quasi-uniquement sur des sujets politiques. Je ne pouvais donc rien publier de tout cela ici. Puis, ça s’est légèrement calmé, mais je me suis alors remis à dessiner… Beaucoup… Et comme je ne dessine pas comme un pro, je ne voulais pas vous imposer ça (ce qui n’exclut pas que j’en publie un de temps en temps par la suite, pour le fun). Mais aujourd’hui je reviens vers vous, sans savoir si les posts deviendront réguliers. J’espère que mes digressions sur des sujets les plus divers possibles vous intéresseront un minimum, que ce soit en vous divertissant ou en vous donnant envie de creuser certains sujets.

Alors je vous souhaite à nouveau la bienvenue sur le blog de l’Unique Monsieur Tout-le-Monde !

Présentation

Je pourrais commencer par un «chers lecteurs» des plus démagogiques mais je ne suis pas sûr que qui que ce soit lise ces lignes… Et si, d’aventure, il existait un être dont l’activité actuelle (quoique future si l’on prend en référence le moment de l’écriture) lui permettrait de perdre ne serait-ce qu’un peu de son temps sur mes élucubrations, je préfèrerais lui montrer un respect non feint et, par conséquent, ne pas lui faire l’affront de le prendre pour un con. Pas de fausse amitié donc, ni d’utilisation frauduleuse d’expression impliquant une histoire commune plus ou moins longue.

Pour des raisons de concision et de facilité de lecture, j’appellerai à présent «vous» un hypothétique lecteur, dans cet article et dans les suivants. «Vous», donc, vous demandez peut-être pourquoi une contribution titrée «Présentation» commence par des considérations si éloignées d’un cordial «Bienvenue, je m’appelle…». Cette interrogation est légitime mais elle ne fait que prouver que vous ne me connaissez guère. C’est logique, me direz-vous, puisque je ne me suis pas présenté. J’entends bien! Et vous avez raison.

Ce blog/site/journal/étalage de déblatérations inintéressantes, appelez-le comme vous voulez, n’a pour but que de divertir. Divertir qui? Eh bien moi en priorité je dois bien l’avouer. Toutefois, s’il divertissait quelques internautes par la même occasion, j’en serais ravi. On peut supposer (oui vous aussi) que certaines de mes idées transpireront dans les contributions/posts/articles/âneries à venir, mais ce n’est en aucun cas un blog politique, militant, ni faisant l’apologie de telle ou telle entreprise et/ou idéologie et/ou technologie et/ou sexualité et/ou chocolat. Du moins ce n’est pas son but initial. Pourquoi cette dernière phrase? Ok il est peut-être temps de me présenter, sommairement, pour que vous compreniez tout cela.

Je suis l’Unique Monsieur Tout-le-monde! Ce titre, auto-attribué, parle de lui-même, non? Bon pour éclaircir un peu les choses, je vais développer. Non ne partez pas, je ferai court, c’est promis! D’abord, si j’ai choisi un oxymore, c’est parce que j’aime le contraste et le non-sens. Certes, un oxymore n’est pas un véritable non-sens mais je n’ai cure de ces considérations. L’apparence n’est pas tout, mais elle n’est pas rien. Là, vous vous dites peut-être que ce n’est pas très clair… C’est normal! C’est dû à la deuxième raison qui m’a poussé à choisir ce titre: ma schizophrénie imaginaire (imaginaire car je ne suis pas cliniquement schizophrène). Ceux qui me connaissent (en vrai s’entend) me décriraient comme changeant, étrange, difficile à suivre. Malheureusement, je suis difficile à suivre non pas grâce à mon génie (qui, comme ma schizophrénie, n’est qu’imaginaire) mais simplement parce que, pour parler vulgairement, «c’est le bordel dans ma tête». Je pense que vous le ressentirez assez vite si vous décidez de continuer la lecture de ce site. Une troisième raison à ce titre serait tout simplement que je suis une personne comme une autre, d’où le M. Tout-le-monde, mais ayant comme tout un chacun, mes particularités. Au fond, quoi de plus répandu que l’Unique Monsieur Tout-le-monde? Chaque personne, homme ou femme, pourrait potentiellement être l’Unique Monsieur (ou Madame) Tout-le-monde… Mais calmez-vous! A partir de ce jour, l’Unique Monsieur Tout-le-monde, ce sera moi! Personne d’autre! Oui j’aime les gens mais je m’aime un peu aussi… Et puisque j’ai trouvé ce titre, je suppose qu’il est logique que je ne l’offre pas comme un préservatif lors d’une journée «prévention SIDA» au lycée. Ah! Souvenirs, souvenirs…

Sur ce, et comme j’aime les changements de rythme et autres surprises, je vous laisse sans un mot de plus faire votre choix et retourne au néant en attendant (peut-être) un prochain post.